éducation

forum de débat autour de l' éducation et la pédagogie
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les débutants dans le métier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fanfan

avatar

Nombre de messages : 99
Age : 55
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Les débutants dans le métier   Mar 20 Fév - 17:13

Bonjour,

J'aimerais vous faire part de quelques remarques en tant que modeste formatrice de circonscription, et ceci après deux semaines de stage T1.

Bien que sortant tous de l'IUFM, on observe déjà de grandes différences entre eux, lors des permière visites de classes qui se sont déroulées au premier trimestre. Certains sont très consciencieux, travailleurs, essaient d'impliquer leurs élèves....d'autres se contentent du "minimum syndical" en bons petits fonctionnaires et ne tiennent guère du facteur humain de leur métier.
En effet, en dehors du contenu des cours, il faut parler à nos élèves, leur expliciter au maximum le déroulement d'une journée de classe et les faire participer activement.
Attention, cela ne veut pas dire que les élèves font les cours et les programmes, mais qu'ils ont besoin de savoir un minimum le pourquoi et le comment des choses si l'on ne veut pas aboutir à un démarage dès 8h30 par "prenez vos cahiers de Français".
Pour faire quoi? de la littérature? quel genre de texte? pour combien de temps? quel rapport avec ce qui a été vu la semaine dernière?

Mon expérience personnelle me montre, en élémentaire en tous cas, que nos élèves ont un minimum besoin qu'on leur explique "à quelle sauce ils vont être mangés"

Lors de ce stage TI, nous avons réussi à ébranler quelques certitudes chez nos stagiaires.
Par exemple, ils ont accepté l'idée que pour que les élèves aient lu 10 ouvrages littéraires dans l'année, il n'était pas indispensable (voire impossible) de leur faire lire tous les chapitre d'un roman (avec questionnaire bien touffu à la clé) mais qu'on pouvait aussi se contenter de la lecture à voix haute de l'enseignant pour certains passages (avec un peit résumé pour garder le fil)

Depuis quelques années, les Bac +4 et 5 sont dans les écoles......certains sont parfois un peu trop sûrs d'eux, n'ont pas connu de difficulté scolaire et ont donc du mal à gérer la difficulté scolaire dans leur classe.

D'ailleurs, en tête de leurs demandes pour ce stage, on trouve: gérer un double niveau ou l'hétérogénéité des élèves.......

Un dernier point:le questionnaire destiné à évaluer la compréhension des élèves en lecture. Bien que ce soit une activité qu'ils partiquent à outrance, nous leur avons démontré que leurs questionnaires étaient parfois mal conçus et que leurs élèves pouvaient échouer à cause de la formulation des questions.

Bonne journée à tous et une pensée pour la zone B qui n'est pas encore en vacances (hein Sophie?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morigghanne
Admin
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 34
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   Mar 20 Fév - 20:19

coucou ! voilà bien matière à réflexion pour la PLC2 que je suis ( en documentation pour le petit rappel ). Ma conseillère pédagogique a bien insisté sur le fait de rappeler toujours aux élèves en début de séance le but de l'activité, puis à la fin, de résumer ce qu'ils ont fait et ce qu'il reste faire...et c'est vrai que ça semble bien sécuriser les élèves...mais moi qui suis encore parfois sujette au "trac", il m'arrive de zapper ces précieuses étapes ! ce sont pourtant des bases !

Une chose que j'ai envie de partager avec vous ce soir...j'ai eu une journée bien chargée en frustrations diverses et variées...outre le niveau assez bas des élèves de collège ( en général ) auquel j'ai fini par m' habituer ( nous sommes dans un petit village de province, je connais bien ce milieu!), je remarque parmis mes élèves de 6ème et de 5ème des " cas" qui m'émeuvent sans que je ne puisse rien y faire. Nous avons, depuis de début de l'année, un dispositif d'aide en français, que j'anime avec quelques collegues et ma conseillère pédago.
Outre la très mauvaise organisation de ce dispositif ( une heure une semaine sur deux ! imposée par l'administration ), les élèves qui viennent ont des niveaux très variés : certains ont juste besoins de piqures de rappel, d'autres ne savent ni lire ni écrire ! en 6ème et 5ème ! cet après midi, ma conseillère devait prendre un élève en grosse difficulté pendant une heure, pour lui faire faire un peu de lecture...il est en 5ème...et est incapable de citer les douze mois de l'année !

Je sais que je risque d'avoir l'air passablement ingénue en m'étonnant de ces problèmes...je savais, en entrant dans l'éducation nationale, que je rencontrerai ce type d'élève. Il y a de nombreux enseignants dans mon entourage. Je sais comment ces gamins sont arrivés jusque là : on interdit les redoublements répétés en primaire, la famille est très défavorisée culturellement etc....le manque de place en SEGPA, ou en CLIS....

Mais bon sang, je fais quoi moi ! le temps que je passe avec un de ces gamins pour lui expliquer tout en long, en large et en travers, à lui mettre le livre adéquat dans les mains, à lui réexpliquer le sujet toutes les cinq minutes parcequ'il a une mémoire de poisson rouge, les autres le jalousent ! " madame, mais vous lui donnez les réponses!" s'est indigné un de mes élèves tout à l'heure...eh oui, je sais, j'ai honte....mais ce gamin, il ne va pas ressortir du CDI sans avoir noté le moindre mot dans son cahier, sinon il pensera que " ça sert à rien"...et puis au moins il voit que les profs se soucient de lui....qu'on est là pour lui....oui mais pendant ce temps, l'heure tourne et je n'ai pas eu le temps de voir tous les autres élèves, de les aider à réorienter leurs recherches, à reformuler une phrase...j'ai dépensé autant d'énergie avec un seul élève qu'avec le reste de la classe, avec zéro résultat, et en plus je n'ai pas su gérer le reste de la classe qui s'est presque retrouvé en totale autonomie.

Des comme ça, on en a presqu'un par classe, de la 6ème à la...3ème ! je vous ai raconté ma mésaventure d'aujourd'hui, mais c'est une situation qui revient régulièrement...je me heurte au fatalisme de ma conseillère et de mes collègues....faut faire avec...on l'a déjà signalé...on peut rien faire de plus pour lui....bon...c'est l'éducation nationale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://education.positifforum.com
Fanfan

avatar

Nombre de messages : 99
Age : 55
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   Mer 21 Fév - 11:16

Bonjour Anne,

Bienvenue au pays de l'hétérogénéité poussé à son extrème!

Nous savons pertinemment qu'à la fin du CM2, nous envoyons au collège des élèves qui vont couler dans les grandes profondeurs...
Les élèves dont tu parles devraient certainement être en SEGPA (pardon EGPA) mais voilà......les places sont chères.
Sur mon secteur, on a fermé une classe de 6° segpa sur les 2 initiales pour des raisons obscures. Sans doute pour la mettre ailleurs dans un secteur plus difficile.
Il faut aussi savoir que certains parents acceptent cette orientation puis refusent quand on leur propose une place parce que c'est trop loin de leur domicile et qu'il n'est pas évident de laisser un gamin de 12 ans prendre bus et train pour aller au collège......
Certains parents sont dans le déni complet de la réalité et rejette toute la responsabilité sur l'école (et ceci dpuis la maternelle)

Sache que les fameux élèves avec qui tu t'arraches les cheveux sont repérés et signalés depuis l'école maternelle mais que ce sont toujours les parents qui ont le dernier mot!
Les redoublements répétés ne sont non plus une solution quand il y a de réels problèmes d'apprentissages. Crois en mon expérience.... ces élèves finissent par avoir des problèmes à cause de l'écart d'âge avec leurs camarades. C'est d'ailleurs pour cela que la loi interdit (sauf dérogation exceptionnelle) de maintenir un élève en primaire plus d'une année.

Ces élèves ont besoin d'une attention particulière, d'un effectif réduit, d'un aménagement des horaires et des programmes....et on les envoie à en 6° ordinaire.
Je peux te dire que nombre d'instits sortent dégoutés de certaines commissions d'harmonisation ou autres amusement du même tonneau.

Quand une équipe d'école élémentaire a tout fait (dans la mesure de ses moyens) pour aider un élève à garder un minimum la tête hors de l'eau pendant des années (pédagogie différenciée, PPRE, appel au réseau d'aide, discussion avec les parents.......) elle sait très bien ce qui va arriver à cet élève au collège si rien n'est mis en place......

Allez, bon courage et bonnes vacances.....c'est après demain pour toi je pense!

Françoise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morigghanne
Admin
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 34
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   Mer 21 Fév - 20:25

Bonjour et merci pour ta réponse !

Hélas, tout ce dont tu me parles, je ne le sais que trop bien, ma mère était instit' et j'ai eu souvent l'occasion de l'entendre évoquer ce genre de problème....Je ne blâme absolument pas les instituteurs ( pardon, " professeurs des écoles"), dont je connais le combat et les efforts qui dépassent parfois largement le cadre de leur profession !

C'est plutôt tout un système que je pointe du doigt, celui qui effectivement consiste à fermer des classes de SEGPA ou de limiter les places en CLIS....l'aveuglement de certains parents ( ce n'est pas le cas de ceux de l'élève auquel je pensais plus particulièrement ). L' administration du collège ( responsable à un moindre niveau ); mais qui n'a rien trouvé de mieux pour les séance de remédiation que d'y envoyer des groupes d'éleves de niveaux treès variés, et de n'accorder que trois quart d'heure à ces séances, sur l'heure de midi, et une semaine sur deux ! comment espérer mener un séquence cohérente dans de telles conditions?

J'ai l'impression qu'au lieu d'aider les élèves les plus en difficulté, on leur maintient la tête sous l'eau, et pire, on les stigmatise, on les culpabilise avec toutes ces tentatives maladroites sensées leur porter secours !

Je suis documentaliste, mon rôle est avant tout de leur donner le goût des livres ( pas de leur apprendre à lire ), et de les ouvrir à la culture ...mais comment faire quand ils ne possèdent même pas les repères culturels et linguistiques de base ? ça c'est mon sujet de mémoire professionnel cette année...je pensais avoir trouvé un début de réponse dans l'excellent livre de Christian Montelle, " la parole contre l'échec scolaire", mais je me rends compte que sans l'appui de l'administration, j'ai les pieds et poings liés....remarquez, tout cela est formateur pour la stagiaire que je suis encore ! mais ça n'aide pas ces élèves qui auraient besoin de solutions maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://education.positifforum.com
Littera

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 70
Localisation : METZ
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   Mer 21 Fév - 23:48

Bonsoir Anne. je voudrais te répondre concernant le soutien qu'on apporte à certains élèves, parce que cette année, ayant une heure non employée dans mon service (8 h de latin, en 5ème-4ème-3ème, sur 9 h de CPA, reste 1h), j'ai comme mission de faire du soutien, 1 h par semaine donc. Le principal essaie de rentabiliser cette heure au mieux (le pauvre, avec la DGH gracieusement octroyée à l'établissement, est obligé de faire des miracles avec rien). Donc, j'ai par quinzaine, une fois des 5ème, une fois des 4ème, 10-12 élèves en grande difficulté à chaque fois. Et c'est là que la galère commence. Le principal fait de son mieux, le prof fait de son mieux, certains parents sont contents que leur gamin ait un peu d'aide. mais les élèves???
Deux ou trois sont motivés (ceux dont les parents sont contents...), les autres ne savent pas lire/pas écrire/n'ont aucune notion d'orthographe/n'en ont rien à faire parce que leurs copains eux n'ont pas de soutien/sèchent parfois le cours/n'ont pas leurs affaires/n'étaient pas là le cours précédent (15 jours avant) donc n'ont pas rattrapé/ont oublié de faire l'exercice...la liste est longue et non exhaustive.(on ne peut même pas rayer la mention inutile vu que bien souvent ils cumulent)

Donc j'essaie de rentabiliser au maximum cette heure, avec le concours de leur prof de français qui m'indique les points à traiter de préférence à ce moment là
Mais je suis bien consciente que l'impact de cette heure est très très limité, comme m'a dit un joour un inspecteur "faites ce que vous pouvez avec ce que vous avez". C'était un inspecteur intelligent (ils ne le sont pas tous)

Marie-Hélène
[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morigghanne
Admin
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 34
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   Jeu 22 Fév - 15:50

Boujour Littera,

Je vois donc que notre collège n'est pas le seul à bénéficier " gracieusement" d'une heure consacrée au soutien des élèves les plus en difficulté...chez nous cette heure est en plus limitée aux classes de 6ème ! elle a lieu le lundi pour les élèves de 6ème 1 et 2, en semaine paire, et le samedi pour les élèves de 6ème 3 et 4, en semaine impaire ! ce qui n'aide pas les élèves à s'y retrouver....à ce compte, je ne comprends pas pourquoi ces deux heures n'ont pas lieux toutes les semaines, puisqu'elles ne se chevauchent pas ...nous avons entre 8 et 12 élèves à chaque séance. faire au meux d'accord, mais par où commencer ? je fonctionne avec une collègue PLC2 lettres, qui propose des activité en fonction de difficultés repérées chez ses propres élèves...qui ne sont pas forcément ceux que nous accueillons en soutien.

Mais il faut dire que chez nous l'administration laisse réellement à désirer. La CPE et le principal n'étaient pas capables de nous fournir une liste des élèves devant suivre les activité de remédiation en début d'année. Ils suppriment systématiquement les punitions des élèves renvoyés de cours pour ne pas avoir à les surveiller dans leurs bureau ( alors quils pourraient au moins les envoyer en permanence faire le travail demandé !). A ce compte, dans les classes, c'est à qui se fera renvoyer de cours le plus vite ! idem en remédiation, qui est obligatoire normalement, mais où ceux qui ne veulent pas venir peuvent sécher en toute impunité !

J'ai un peu de mal à gérer tout ça....

Anne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://education.positifforum.com
hyttria

avatar

Nombre de messages : 213
Localisation : marseille
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   Sam 24 Fév - 11:21

Bonjour mesdames et mesdemoiselles....

Je souhaiterais avoir une petite précision: ces heures que vous appelez soutien sont-elles incluses dans les dispositifs ATPE ou sont-elles indépendantes? Je voudrais également avoir une petite précision: bénéficiez-vous d'heures ATPE en 5°?

En ce qui me concerne, j'ai quitté l'an passé un établissement classé catégorie 2 pour un établissement de catégorie 6 (quelle promotion: ça me change!!!!). Nous n'avons pas d'heure à consacrer au soutien. Sans doute les hautes instances s'imaginent-elles qu'il n'y a pas d'enfants en difficulté dans les établissements catégorie 6. Or, force est de constater qu'il y a AUSSI des enfants en échec dans les bons établissements! et que nous n'avons aucun moyen pour leur venir en aide!

Je voudrais également rebondir un instant sur les Segpa; deux remarques:
- on en fait souvent des réservoirs de graines de délinquants, en y envoyant des enfants difficiles plutôt qu'en difficulté (c'était la politique de mon ancien établissement)
- la toute puissance parentale (que l'on peut tout de même contester quand elle va à l'encontre de l'intérêt de l'enfant) empêche trop souvent l'orientation des élèves en ayant le plus besoin, et ce par une sorte de fierté mal placée.

Une de mes collègues de travail, partant à la retraite en juin, me racontait avec nostalgie qu'autrefois, elle faisait son service avec deux classes: 9h prof, et 8h élève. Que les heures dédoublées existaient également en maths, en langues...

Je suis écoeurée par le climat de démagogie ambiant. On se gargarise de faire réussir chaque enfant à l'école, et on nous sert une rasade aromatisée à la poudre de perlimpimpin pour nous faire croire qu'on y contribue: quel manque de respect pour les enfants et pour les familles!
Quel manque de repect pour les enseignants qui tentent de faire au mieux avec le peu qu'ils ont et qui sont en première ligne de toutes les critiques!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morigghanne
Admin
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 34
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   Sam 24 Fév - 18:33

Bonjour Littera !

Je serais bien incapable de te dire si ces heures font parties des ATPE ( c'est d'ailleurs la première fois que j'entends parler de ce dispositif !). Chez nous, les heures de "remédiation" sont destinées exclusivement aux élèves ayant montré des difficultés lors de l'évaluation JADE ( qu'ils passent juste avant l'entrée en 6ème ). Nous les animons à titre gracieux ( par rémunérés ! ) si Lulu et consort savaient ! Pour les autres, il y a les PPRE ( propgramme personnalisé de réussite éducative ) : chaque élève faisant l'objet d'un PPRE est suivi une heure ou deux par semaine par un prof, n'importe lequel, pour des exercices, de la lecture, de l'aide aux devoirs...ma conseillère pédagogique suit un élève de 4ème ( celui qui ne connait pas les 12 mois de l'année !). Là encore, je serais ien en peine de vous donner le détail du dispositif, qui change tous les ans et aussi selon les établissement !

Il me semble que chacun fait un peu "à sa sauce" avec les directives du ministère et les moyens alloués. Et aussi la bonne volonté des profs de l'établissement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://education.positifforum.com
Littera

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 70
Localisation : METZ
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   Dim 25 Fév - 11:57

Pour répondre à la fois à Sophie et à Anne, cette heure que je fais en "soutien" appartient en fait à mon service (je ne fais que 8 heures de latin sur les 9 de mon mi-temps). Donc cette heure, le principal l'emploie en essayant de la rentabiliser au mieux, mais cet émiettement (une heure par quinzaine sur deux groupes d'élèves en difficulté) n'est absolument pas utile, parce qu'il ne représente qu'un simple saupoudrage d'exercices pour des élèves qui auraient besoin d'un accompagnement lourd. Les PPRe nous promettent bien du plaisir (pas encore installés chez nous), parce que nous n'aurons AUCUN moyen supplémentaire. Eh oui, Sophie, tout cela c'est de la poudreaux yeux. j'ai moi aussi commencé avec 2 classes, 6 heures élève et 9h prof. On en faisait du bon boulot! Et il y avait une classe spéciale, dénommée Quatrième d'Accueil, pour remettre à niveau les élèves "qui en voulaient". Et ça marchait, parce que nous avions les moyens nécessaires. Alors tous les beaux discours qu'on nous sert prouvent bien leur inanité, quand on a expérimenté les méthodes qui fonctionnent! Mais les vieux, c'est bien connu, ont des méthodes "réactionnaires"! A bas l'ancien, vive le moderne!

Marie-Hélène
[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les débutants dans le métier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les débutants dans le métier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est-ce qui vous pèse le plus dans le métier ?
» Quels sont vos points forts dans le métier ?
» Prime d'entrée dans le métier
» Prime entrée métier
» questions sur le théatre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
éducation :: éducation-
Sauter vers: