éducation

forum de débat autour de l' éducation et la pédagogie
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lecture...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gilbert



Nombre de messages : 103
Age : 67
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Lecture...   Sam 16 Sep - 19:48

Pourquoi le souvenir de cet ouvrage m'a-t-il traversé l'esprit ce matin, alors que j'en étais intellectuellement très éloigné puisque plongé dans les régularisations de prorata de TVA, thème jubilatoire s'il en est ?

Vous en avez certainement entendu parler : il s'agit de "Entre les murs" de François Begaudeau.
F. B. est enseignant de français dans un collège difficile de la banlieue parisienne (pléonasme), et il décrit dans ce livre la vie quotidienne des profs et des élèves pendant une année scolaire.
Car c'est bien d'un récit dont il s'agit, et non d'une énième analyse de l'échec du système scolaire. Sur ce dernier thème, le lecteur intéressé pourra toujours se reporter à l'abondante glose de Malulu et de ses exégètes, dont la puissance d'analyse a fréquemment démonté avec la pertinence et le brio qu'on leur connait tous les rouages grippés de cette machine-administrative-budgétivore-en-échec-total.

Avec F. B, le lecteur vit l'ambiance de classes de 4è et de 3è multi-éthniques, pour qui la culture semble se situer sur des rivages inconnus et le vocabulaire courant appartenir à une langue étrangère.
Un exemple, de mémoire :
- Msieur, y m'traite !
- On ne dit pas y m'traite, on dit il m'insulte
- Msieur, y m'traite d'insulte !

Pas d'analyse donc, car le récit est éclairant. Coup de projecteur aussi sur les profs, que l'on retrouve désabusés pour certains, et sur la direction dépassée.
De par le style narratif adopté, F. B. semble garder une certaine distance avec le récit, comme il s'abstient de porter un jugement de valeur sur l'école. S'il s'implique en tant que narrateur, il ne cherche cependant pas à se donner le beau rôle, pas plus qu'à ses collègues ou à l'administration. Tous, élèves compris, ne sont que les acteurs d'une vaste pièce dont le scénario s'est mis en place sans eux et qu'ils interprètent comme ils peuvent en attendant que ça passe.

D'une écriture moderne, le récit est mené avec un humour pince-sans-rire, et parfois ironique, dans un style admirable qu'il m'est arrivé, je le confesse toute honte bue, de lui envier.


Si quelqu'un parmi vous a lu ce livre, je serais très intéressé de connaître son avis. Quant à celles (je crois qu'il ne faut employer que le féminin sur ce forum) qui n'en ont pas entendu parler, je pense qu'il devrait leur permettre de passer un moment agréable, rien que pour la qualité de son écriture.

Gilbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hyttria

avatar

Nombre de messages : 213
Localisation : marseille
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Lecture...   Sam 16 Sep - 21:21

merci pour cette référence Gilbert. Je ne connais pas cet ouvrage, mais je sens que j'y retrouverais quelques travers de mon ancien collège...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Littera

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 70
Localisation : METZ
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Lecture...   Dim 17 Sep - 10:11

Gilbert a écrit:
Pourquoi le souvenir de cet ouvrage m'a-t-il traversé l'esprit ce matin, alors que j'en étais intellectuellement très éloigné puisque plongé dans les régularisations de prorata de TVA, thème jubilatoire s'il en est ?

Vous en avez certainement entendu parler : il s'agit de "Entre les murs" de François Begaudeau.
F. B. est enseignant de français dans un collège difficile de la banlieue parisienne (pléonasme), et il décrit dans ce livre la vie quotidienne des profs et des élèves pendant une année scolaire.
Car c'est bien d'un récit dont il s'agit, et non d'une énième analyse de l'échec du système scolaire. Sur ce dernier thème, le lecteur intéressé pourra toujours se reporter à l'abondante glose de Malulu et de ses exégètes, dont la puissance d'analyse a fréquemment démonté avec la pertinence et le brio qu'on leur connait tous les rouages grippés de cette machine-administrative-budgétivore-en-échec-total.

Avec F. B, le lecteur vit l'ambiance de classes de 4è et de 3è multi-éthniques, pour qui la culture semble se situer sur des rivages inconnus et le vocabulaire courant appartenir à une langue étrangère.
Un exemple, de mémoire :
- Msieur, y m'traite !
- On ne dit pas y m'traite, on dit il m'insulte
- Msieur, y m'traite d'insulte !

Pas d'analyse donc, car le récit est éclairant. Coup de projecteur aussi sur les profs, que l'on retrouve désabusés pour certains, et sur la direction dépassée.
De par le style narratif adopté, F. B. semble garder une certaine distance avec le récit, comme il s'abstient de porter un jugement de valeur sur l'école. S'il s'implique en tant que narrateur, il ne cherche cependant pas à se donner le beau rôle, pas plus qu'à ses collègues ou à l'administration. Tous, élèves compris, ne sont que les acteurs d'une vaste pièce dont le scénario s'est mis en place sans eux et qu'ils interprètent comme ils peuvent en attendant que ça passe.

D'une écriture moderne, le récit est mené avec un humour pince-sans-rire, et parfois ironique, dans un style admirable qu'il m'est arrivé, je le confesse toute honte bue, de lui envier.


Si quelqu'un parmi vous a lu ce livre, je serais très intéressé de connaître son avis. Quant à celles (je crois qu'il ne faut employer que le féminin sur ce forum) qui n'en ont pas entendu parler, je pense qu'il devrait leur permettre de passer un moment agréable, rien que pour la qualité de son écriture.

Gilbert

Gilbert, je note le titre, vous avez des lectures qui me plaisent. Vous aviez cité le livre de J.N Grandhomme il y a un moment. Je vais le recevoir et animer une séance littéraire avec lui lors d'un salon du livre. En janvier nous recevrons également Pierre Christin, au sujet de l'université. Il a écrit un polar dans lequel apparaissent clairement tous les manques du système. "Petits crimes contre les humanités"

Littera
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilbert



Nombre de messages : 103
Age : 67
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: Lecture...   Dim 17 Sep - 22:11

Bonsoir Littera,
très intéressant cette info d'un salon du livre avec J. N. Grandhomme. Je compte sur vous pour nous en faire un petit topo. J'ai noté les références de Pierre Christin et vous en remercie.
Gilbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilbert



Nombre de messages : 103
Age : 67
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: Lecture...   Ven 22 Sep - 22:22

Littera, grâce à vous j'ai découvert l'ouvrage de Pierre Christin en profitant d'un achat "sérieux" à la librairie. Je vous remercie de me l'avoir indiqué ; ce livre a égayé mes insomnies de sa description un peu caricaturale du milieu universitaire, mais c'était l'effet humoristique recherché par l'auteur et à mon sens il a pleinement réussi. D'autant plus que toute caricature repose sur l'observation du réel. Certes, en choisissant une université littéraire il se facilitait vraiment la tâche, mais je n'en dirai pas plus... Il y a trop de littéraires sur ce forum et je ne voudrais surtout pas réveiller une guerre des disciplines !!!

Toutefois, derrière le prétexte du roman policier et de la satire, que de réalités ignorées du grand public, et heureusement du trio infernal !
L'ouvrage est bien documenté, il ressort clairement que P. Christin est familiarisé avec les arcanes du monde universitaire, ses us et ses coutumes.
Hélas, personne n'étant parfait, il lui reste quelques progrès à accomplir dans la connaissance du vin ! Page 202, il décrit un Meursault comme un "liquide ambré", ignorant sans doute que la couleur ambrée trahit un vin blanc trop vieux, oxydé. Donc il ne pouvait pas être "délicieux" (p. 205).
Pour sa gouverne, en prévision de la prochaine édition, la robe d'un Meursault est généralement or, avec parfois des reflets verts (signe de jeunesse).

Cette approximation, ramenée aux détails précis sur l'Université et sa tutelle, m'a amusé et dans ma mansuétude inspirée par le plaisir que j'ai pris à lire ce livre je pardonne volontiers à l'auteur ce qu'en d'autres circonstances j'aurais impitoyablement condamné pour hérésie...

Ouvrage agréable, d'une belle écriture mais plus conventionnelle que F. Begaudeau, à mettre entre toutes les mains qui savent lire (!).

Gilbert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lecture...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lecture...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 4ème : Avis sur un contrôle de lecture
» Se préparer pour la rentrée / liste de lecture pour l'été
» rendre compte oralement d'une lecture cursive
» point de vue que j'apprécie. et vous partage. bonne lecture...
» lecture dans les docs akashiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
éducation :: éducation-
Sauter vers: