éducation

forum de débat autour de l' éducation et la pédagogie
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Langues régionales

Aller en bas 
AuteurMessage
Littera

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 71
Localisation : METZ
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Langues régionales   Mer 18 Juin - 14:28

Voici le texte d'un mail que j'ai reçu, et auquel j'ai répondu. Le débat p
pourra être alimenté!!



Réaction à la Déclaration de l'Académie française sur les langues régionales votée à l'unanimité par les membres de l'Académie lors de la séance du 12 juin 2008.

Nous sommes sans doute nombreux à nous interroger à propos de l’utilité de l’Académie Française, cette instance héritée de l’Ancien Régime, dont l’image fait généralement sourire et dont bien peu de Français comprennent le fonctionnement.

La véhémence des attaques déployées hier à l’encontre du très innovant et courageux texte proposé par les députés le 21 mai dernier et visant à l’intégration dans la Constitution de la formule « les langues régionales appartiennent à son patrimoine » ne me donne plus envie de rire.

Nous voyons bien combien la question des langues reste une question mal instruite dans notre pays.
En matière de langue il faudrait donc davantage de pédagogues que de militants…
En effet, croire que la juste défense des langues de France puisse se faire au détriment des autres langues en présence –et dans ce cas précis de la langue française- est un contresens linguistique et politique.

Linguistique tout d’abord, car il faut redire avec force que nos langues et nos cultures sont des univers bien plus transversaux que l’idée nationaliste que nos écoles ne nous en donnent généralement.
Nos amis européens regardent d’un œil souvent amusé, parfois agacé, nos ridicules circonvolutions autour de l’unité de la Nation et de la langue…
En effet, à l’heure de la diversité culturelle, à l’heure où l’Europe nous oblige à plus de langues, les esprits rétrogrades font de la seule défense de la langue française une mission intenable…
On ne parle pas moins bien le français quand on parle une autre langue, voire une langue minorisée ! Bien au contraire, on alimente par cette compétence familiale une aptitude de gymnastique linguistique que tous les experts analysent favorablement.

Politique enfin, car la question du maintien de l’unité nationale ne s’est jamais posée et ne se pose pas fondamentalement en rapport à la langue française.
L’unité nationale qui serait mise à mal par le soutien à la diversité culturelle de son territoire… voilà bien un contresens qui ne peut naître que de l’esprit embrumé de quelques caciques manipulateurs !
Les personnes qui parlent les langues de France, ont tous une bonne connaissance de la langue française, et sont, par le fait même de leur prise de conscience historique de la fragilité linguistique, les meilleurs défenseurs de toutes les langues en présence.

Moi-même héritier de la langue française, parlant le francique, l’allemand et l’anglais, je suis simplement consterné par cette position rétrograde et digne d’un fonctionnement monarchique d’une institution de qualité.

Mais le débat vaut par le fait qu’il instruit clairement la question que l’Europe nous pose depuis un moment déjà. Il faudra bien que la France –et ses institutions vieilles- s’adaptent aux véritables enjeux à venir.

Hervé Atamaniuk
Le 17 juin 2008

Hervé Atamaniuk
Directeur du service culturel
Ville de Sarreguemines
2 rue du Maire Massing
57216 Sarreguemines Cedex

Voici ma réponse

je ne suis pas du tout sûre que l'inscription du maintien des langues régionales dans la constitution soit une si bonne chose. Je connais personnellement - plus ou moins bien - le catalan et le gallo, mais puisque vous voulez considérer le fait sur un plan politique, il est indéniable qu'une langue véhicule une culture, et que l'unification de la France s'est faite en rassemblant les cultures régionales. D'ailleurs (lire "Le cheval d'orgueil" de Per-Jakez Hélias), l'obligation pour les instituteurs de Jules Ferry de taper sur les doigts des petits "patoisants" était sous-tendue par l'idée qu'il fallait former des citoyens français, unis contre l'ennemi qu'ils avaient connu en 1870 et qui reviendrait en 1914). Et c'est la guerre de 14-18 qui, en faisant se rencontrer depuis le fin fond de leurs campagnes, des Français parlant encore chez eux des "patois" (appelés désormais "langues régionales"), a contribué à uniformiser la langue française, véhicule d'unité et de compréhension (les chefs militaires parlaient français);
A l'heure actuelle les "vieux" des familles parlent de plus en plus rarement leur langue maternelle, les jeunes ont été instruits à l'école publique, et le combat pour la réintroduction des langues régionales est mené par des intellectuels, et non par la base.
J'ai en exemple le breton (pas le gallo, qui est une langue romane), langue celte, qui était parlé dans le Finistère et le Morbihan, - je dis bien "parlé", comme toutes ces langues, d'où la difficulté de leur offrir une graphie unique selon l'accent et la prononciation de chaque village bien souvent-, et qui, par un tour de passe-passe politique, réussit à implanter des écoles diwan jusque dans des régions de Bretagne qui n'ont, historiquement, jamais parlé le breton. C'est politique depuis la fondation de ces écoles, en relation avec le mouvement autonomiste qui, en relation avec l'extrême-droite jusqu'en Irlande, depuis la fin de la guerre, n'a jamais cessé d'exister et de réclamer l'indépendance de la région, reculant ainsi de combien de siècles?
D'autant plus que ce "breton", qu'on étudie à l'école, est une recomposition, une langue qui n'a jamais été parlée telle quelle. Didier Daenninkx a fait là-dessus une étude fort documentée.
Un autre exemple me vient, celui d'une élève qui avait choisi l'option "gallo" au bac, et qui, avec la recette des galettes de blé noir, s'est vu attribuer des points supplémentaires pour sa moyenne. Je dis que là on se moque du monde!
Donc, si jamais les langues régionales se refont une santé, le risque est grand de voir se développer des particularismes locaux de plus en plus forts, et les moyens parfois violents qui vont avec (voir le Pays basque), et de revenir à un morcellement des régions comme au temps des rois de France (vous souvenez-vous que les annexions de provinces ont eu lieu au terme de guerres parfois sanguinaires?
En espagne, certes chaque province est autonome, mais l'espagnol est la langue fédératrice. Aux USA, il y a 50 états, mais la langue unique est l'Anglo-américain, rejoint par l'espagnol. Si les Belges wallons se battent avec autant de force contre les Flamands, c'est qu'ils sentent bien que l'enjeu est politique et que le français pourrait bien disparaître. De même les Québecois qui tiennent à leur français, même s'ils sont parfaitement bilingues.
C'est une querelle d'intellectuels qui ne voient pas ce qui se cache derrière cette prétendue renaissance des langues régionales. Il n'est pas de mon propos de vouloir les interdire, mais les ajouter à la Constitution, je trouve que c'est dangereux.
Il en est des langues des civilisations, dont Paul Valéry a dit qu'elles étaient mortelles, et des espèces, qui disparaissent (alors que d'autres réapparaissent), et vouloir les maintenir à tout prix, même au prix d'ailleurs de grands écarts, c'est comme mettre des animaux dans un zoo, et nier l'évolution

Je ne vous connais que par vos mails, mais j'avais aussi envie de faire connaître mon point de vue. je précise que je suis professeur de Lettres classiques, et hispanisante.
Cordialement

Marie-Hélène Fanton d'Andon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Langues régionales
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Langues régionales et mourantes
» Réforme du collège : une pétition aussi pour "garantir l'enseignement des langues régionales".
» Figaro : le succès des langues régionales à l'école
» langues régionales : occitan, catalan, breton...
» Recensement de problématiques_Lettres_Lycée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
éducation :: éducation-
Sauter vers: